Vous êtes ici : Accueil > Final Fantasy VI

Final Fantasy VI

Fiche Technique

Logo Final Fantasy VI

Genre

RPG

Plateforme

Super Nintendo
Playstation
Game Boy Advance

Dates de Sorties
  • Japon :
    2 avril 1994 (SNES).
  • Amérique :
    20 octobre 1994 (SNES).
  • Europe :
    27 février 2002 (PS).
Equipe

- Production : Hironobu Sakaguchi
- Réalisation : Yoshinori Kitase, Hiroyuki Itô
- Direction artistique : Nom
- Musique : Nobuo Uematsu
- Programmation : Nom
- Illustration : Yoshitaka Amano

Final Fantasy VI (ファイナルファンタジーVI, Fainaru Fantajī Shikkusu) est un jeu vidéo de rôle, développé et publié par Square Co., Ltd. (maintenant Square Enix) en 1994 pour la console de jeux vidéo Super Famicom (connue internationalement sous le nom de Super Nintendo, ou SNES). Final Fantasy VI est ressorti pour la PlayStation en 1999 et pour la Game Boy Advance en 2006. Final Fantasy VI est le dernier titre de la série à être sorti sur la console Super Famicom, et le premier Final Fantasy de la série où Hironobu Sakaguchi, créateur de la série, a produit plutôt que dirigé.

Parce que Final Fantasy VI n'est que le troisième jeu de la série à être sorti en Amérique du Nord (suivant la sortie du Final Fantasy original et de Final Fantasy IV, chacun appelé Final Fantasy et Final Fantasy II), la localisation Anglaise du jeu a été lancé sur le marché sous le titre Final Fantasy III. Quand Square a ressorti le jeu pour la console PlayStation en Amérique du Nord dans la collection Final Fantasy Anthology, le nom Japonais a été restauré ainsi que le système de numérotation original. Le jeu ne bénéficia d'une sortie officielle Européenne et Australienne qu'en 2002, accompagné d'une démo jouable de Final Fantasy X. Malgré tout, le jeu était populaire sur le marché des jeux importés en Europe et en Australie durant le milieu des années 90.

Final Fantasy VI se démarque clairement à l'époque de sa sortie par un aspect mature dans le scénario. L'histoire est nettement plus sombre que dans les épisodes précédents de la série, et le destin des personnages — souvent tragique — voire leur mort sont traités sans complaisance. De plus, la version américaine a été censurée au niveau des dialogues, certains personnages de la version japonaise utilisant un vocabulaire parfois assez grossier.

Cet épisode marque le début d'une ère résolument plus adulte pour le jeu vidéo de rôle.

Synopsis

Terra surplombant la cité impériale.

Le jeu se déroule 1000 ans après l'ancienne Guerre de la Magie, dans laquelle les humains et des êtres magiques nommés Espers se sont combattus. La guerre s'est terminée, et désormais les humains et les Espers vivent séparément. Le pouvoir de la magie a été, depuis, presque entièrement oublié par les humains qui l'ont remplacé par la technologie. L'Empire, commandé par l'empereur Gestahl, est maintenant le commandant de la plupart des régions du monde. L'Empire a développé une étrange technologie appelée Magitek, un mélange de magie, machinerie, et ingénierie génétique sur les êtres humains, et il est sur le point de commander le monde entier. L'histoire se déroule dans un monde vaste et indéterminé. Sa géographie et sa physionomie vont changer au rythme des développements de l'histoire. Pendant le premier quart de l'histoire, le monde est divisé en deux grands continents sous le nom du “Monde de la Balance”. Le continent du nord est ponctué d'aires montagneuses et réuni la plupart des lieux visitables par le joueur. A la moitié du jeu, l'aspect du monde est altéré et voit l'éclatement des continents en une multitude d'îles de taille plus ou moins grande autour d'un nouveau continent central. Ce nouveau monde est appelé “le monde des ruines”…

Système de jeu

Comme d'autres titres Square, le gameplay de Final Fantasy VI peut être divisé en quatre catégories: la carte du monde, les villes et les donjons, les batailles et le menu.

Quand il est sur la carte du monde, le joueur dirige ses personnages vers diverses localisations dans le jeu. Ces voyages utilisent des graphiques Mode 7, donnant une illusion 3D. Il existe trois moyens de se déplacer sur la carte : d'abord à pied, ce qui expose le joueur au risque d'être attaqué aléatoirement par des ennemis; ll est en outre impossible de traverser des terrains montagneux ou des zones aquatiques. Le joueur obtient plus tard la possibilité de louer un Chocobo, ce qui offre un déplacement plus rapide et permet d'éviter les batailles aléatoires; cependant, en plus d'avoir les mêmes restrictions de terrains que quand le joueur est à pied, le Chocobo disparaît une fois libéré. Le dernier moyen de locomotion est l'astronef; celui-ci permet de survoler la carte à grande vitesse sans se soucier des restrictions de terrain et des ennemis (Il existe néanmoins une exception).

Depuis la carte du monde, il est possible de rejoindre des villages et des donjons. Les villages, d'une part, contiennent des magasins, des armureries, des auberges et des villageois qui peuvent parfois vous donner des informations utiles comme des quêtes annexes par exemple. Les donjons, d'autre part, sont semblables à des labyrinthes où des batailles aléatoires contre des monstres peuvent survenir. Ces donjons peuvent être des caves, des forêts ou bien encore des bâtiments. Ils contiennent un grand nombre de coffres remplis parfois d'objets rares ou bien encore de monstres! Les donjons et les villages permettent tout deux aux personnages de se promener, les explorant au complet. Certains lieux obligent le joueur à diviser les personnages en plusieurs équipes distinctes, lesquelles peuvent être contrôlées à tour de rôle pour résoudre certaines énigmes.

Le menu, lui, va servir à organiser son équipe, vérifier l'équipement de chaque personnage, les soigner, leur apprendre de nouvelles magies. Il est aussi utile pour contrôler le niveau d'expérience obtenu grâce aux combats.

Combats

Terra, face à Ultros

Final Fantasy VI utilise le système Active Time Battle (ATB), qui contient un regroupement de quatre personnages à la fois qui se battent pour accumuler des points d'expérience et de la monnaie (nommée GP dans le jeu). Ce système créé par Hiroyuki Ito et issu de Final Fantasy IV fait que chaque personnage possède une liste de différentes actions : Attaque, Magie, Objets. En bas à droite de l'écran, une barre se remplit pour chaque personnage lui permettant ainsi de réaliser son action lorsque celle-ci arrive a bout. S'ajoute aux actions normales de chaque personnage, une abilité spéciale unique. Locke peut par exemple voler des objets durant le combat. Le jeu est principalement conçu pour un joueur puisqu'un seul regroupement de personnages peut être contrôlé hors des batailles, mais durant une bataille, jusquà 4 joueurs peuvent chacun contrôler un personnage. Final Fantasy VI abandonne le système de métiers de Final Fantasy V en faveur d'un système de classes de personnages plus défini et moins flexible, un peu comme Final Fantasy IV, dans lequel chaque personnage a une spécialité (parfois plus).

Ce qui est nouveau dans ce jeu sont les attaques de désespoir, un précurseurs au système de Limit Break de Final Fantasy VII. Quand un personnage atteint un niveau critique de HP (points de vie), il y a une chance qu'il utilise une attaque alternative et très puissante comparée à son attaque physique normale. Cependant, cette chance est si mince qu'un joueur peut jouer à ce jeu sans même connaître l'existence d'une telle attaque. Le jeu possède aussi une version simplifiée du système de modifications des habiletés de Final Fantasy V, ainsi qu'un précurseur au système de Materia de Final Fantasy VII, sous la forme de Magicites.

Personnalisation

Les personnages de FFVI peuvent utiliser une large panoplie d'armes, d'armures et d'accessoires (les plus spéciaux étant nommés Reliques) afin d'augmenter leurs statistiques (vitesse, santé,…) mais aussi afin d'obtenir de nouvelles compétences. Les reliques ont des buts variés et des effets qui le sont tout autant, permettant par exemple d'utiliser plusieurs armes en combat, d'acquérir de nouveaux statuts lors des combats, de se protéger de certaines attaques,… Même si il n'y a au début du jeu que deux personnages qui ont la capacité d'utiliser de la magie, presque tous les personnages auront plus tard la possibilité d'en faire: les Magicites, une fois équipées, permettent au personnage d'apprendre des incantations magiques après avoir gagné un certain nombre de points de magie lors d'un combat. Les Magicites favorisent aussi l'évolution de certaines statistiques de compétence lorsque le personnage augmente de niveau, similaire au système de Guardian Force apparaissant plus tard dans Final Fantasy VIII. Finalement, les Magicites sont les invocations (ou Espers) de ce jeu: chaque personnage équipé d'un Magicite peut invoquer, une fois par bataille, le monstre associé, pour infliger de sérieux dommages aux ennemis.

Localisation américaine

L'édition américaine a subit diverses modifications comparée à son homologue japonaise. La plus évidente fut le changement du titre du jeu. En effet, n'était sortis sur le territoire américain que deux Final Fantasy c'est pourquoi le Final Fantasy VI japonais est devenu le Final Fantasy III américain. Contrairement à Final Fantasy IV cet opus n'a pas connu de modifications majeures de sa jouabilité. Cependant certains détails éditoriaux ont fait leur apparition dans la version anglaise. En janvier 1995, le traducteur Ted Woolsey dans une entrevue avec le magazine Super Power a expliqué qu'“il y avait un certain degré de gaieté et … de sexualité dans les jeux japonais qui n'existe pas [aux Etats-Unis], un fait clairement influencé par les règles de Nintendo of America”. En conséquence, des retouches graphiques limitant la nudité furent mises en place ainsi que de nouveaux symboles sur les bâtiments et pour certains sorts pour éviter les allusions religieuses.

WebAnalytics Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0 Valid CSS Powered by DokuWiki GNU FDL

Qui sommes-nous ?
Aidez WikiSquare en le faisant connaître !
Sauf mention contraire, tous les textes sont disponibles sous les termes de la GNU Free Documentation License.
Les images sont sous le copyright de leurs auteurs.

Page générée en 0.056851863861084 seconde.