Vous êtes ici: Accueil
> Le 26/01/18 à 20h14 par Skypirate

Édito 2018 : Rêve éveillé, plaisir raisonné

Rêve éveillé, plaisir raisonné



Il ne vous aura pas échappé que le traitement de l'actualité par Final Fantasy Dream ces derniers mois a considérablement diminué. Si notre voix s'est mise en sourdine quelque temps, c'était sans doute un mal nécessaire pour tracer la voie de demain. Telle l’Oracle purifiant notre étoile, nous revoilà, forts et modernes.

Par Skypirate et LCX




[mini]7138[/mini]


Après avoir confié la rédaction en chef à Pandadono en janvier dernier, j'ai pris le temps de contempler la communauté, et plus globalement l'activité de Square Enix, depuis les yeux d'un "fan," d'un "simple lecteur" qui picore l'actualité ça et là et qui y va librement de ses oscillations personnelles. C'était absolument nécessaire car je me sentais un peu exsangue après la couverture de Final Fantasy XV. Ces dizaines, voire centaines, de brèves à décortiquer la moindre ligne, ces rencontres avec toutes celles et ceux qui retranscrivent l'actualité mais aussi ces créateurs de talent que j'ai eu la chance de rencontrer. J'ai eu le sentiment d'avoir touché du doigt tous mes objectifs, d'avoir rassasié quelques uns de mes plus beaux rêves, et en même temps de passer à côté de l'essentiel en faisant de l'actualité de Square Enix un quotidien studieux où je m'employais à tout retranscrire avec l'obligeance de l'immédiateté, sans même prendre le temps d'apprécier vraiment ces concept-arts somptueux, ces bande-annonces rutilantes, ou de m'interroger sur le fond des choses.

Et puis il y a eu la gifle Final Fantasy XV. Une déception personnelle, une blessure de joueur. Comment porter la flamme du "Dream" alors que j'étais si en colère ? Comment animer une communauté alors je voulais crier haut et fort à quel point je me sentais lésé ? Résolument décidé à ne pas faire de Final Fantasy Dream ma tribune personnelle, j'en abandonnais alors la rédaction en chef pour la confier à Pandadono, certain que sa bienveillance préserverait Final Fantasy Dream de ces turbulences. Le début d’année 2017 m’a offert le plus beau des cadeaux, la plus belle des consolations, avec l’arrivée de NieR: Automata qui m’a chamboulé à tant d’égards. Automata est une œuvre tellement écorchée et sincère qu’elle nous poursuit et transcende le jeu vidéo comme médium d'évasion et de réflexion. Le goût du travail bien fait, l'appétence pour les œuvres généreuses et infiniment respectueuses de leur public où le lyrisme s'annexe au ludisme dans une fresque hypnotique.

[mini]7137[/mini]

Au-delà de l’expérience, il y a aussi la manière dont nous consommons aujourd'hui l’actualité. “Dis-moi quel site tu fréquentes, et je te dirais quel joueur tu es” : le raccourci peut faire sourire mais il est d’une véracité désarmante. A l’heure où tout le monde peut faire entendre son opinion, et où les tendances s’évanouissent aussi vite que ces milliers de superlatifs qui échouent sur les réseaux sociaux pour espérer nous étourdir, chacun se raccroche à une figure de proue qu’on imagine infaillible. Ça tient parfois à pas grand chose, quelques références qu’on exhume pour ne pas (se faire) oublier, un parti-pris éditorial clivant, une bienveillance à toute épreuve, et puis heureusement le seul ressort qui vaille qu’est la passion. Désintéressée, ouverte mais pas perméable, parfois excessive mais toujours authentique, et qui n’a surtout pas peur du ridicule ou du jugement. Car il n’y aurait rien de pire que de s’interdire pour plaire, rien de pire que de tout galvauder pour quelques clics/vus supplémentaires, et en quelque sorte de corrompre le “contrat tacite” qui nous lie.

Nous en discutions il y a quelques jours à l’occasion d’une réunion d’équipe en se remémorant les débuts de la communauté de Final Fantasy en France et l’émergence des fan-sites. On se faisait alors le relais des fameux “scans japonais” en décortiquant, extrapolant parfois grossièrement (nos archives de l’époque sont délicieuses, tellement maladroites, mais si authentiques !), la moindre information pour des échanges passionnés qui pouvaient durer des nuits entières. Et puis le traitement de l’actualité sur Internet en général s’est professionnalisé, et le secteur vidéoludique s’est naturellement transformé. L’émergence d’une cellule française pour Square Enix fut une chance inouïe de pouvoir vous offrir du contenu différent, et l’éditeur fut à cet égard ô combien précurseur dans sa manière d'interagir directement avec les communautés de fans. S’il paraît aujourd’hui inconcevable qu’un éditeur de jeu vidéo puisse s’en affranchir, ce n’était sans doute pas aussi évident il y a encore une grosse dizaine d’années. Square Enix a décidément eu le nez très fin…



Le traitement de l'actualité :
ATB- (Actualité Tambour Battant -)




À une époque où l’actualité est débridée, où le marketing est vicieux et omniprésent, et l’art à tort associé de fait au jeu-vidéo dans sa vérité sans creuser au-delà du vernis, il nous apparaît nécessaire d’opérer un changement de fond. Le simple traitement de nouvelles qui pleuvent ne peut plus constituer une fin en soi. Non pas que l’actualité ne constitue plus le sel ce qui nous tient en intérêt et en affect tout au long de l’année (il serait illusoire et complètement absurde de supprimer ce traitement), mais il nous apparaît plus pertinent aujourd’hui de vous proposer d’autres rendez-vous. Plus intimistes, moins clinquants peut-être. Naturellement, l’E3, la Gamescom ou bien encore le Tokyo Game Show, constitueront toujours des moment éminemment précieux. Comment renier ces instants magiques où toute rationalité s’évanouit quelques jours pour simplement profiter du spectacle ? Tel le joueur devant une belle cinématique…

Tout cela pour vous confirmer notre intention de traiter la gestion de l’actualité (pour une part), et donc de la rédaction dite “classique” par le biais de nos réseaux sociaux qui se prêtent parfaitement à l’exercice tandis que les morceaux les plus intéressants, les plus savoureux, sur le fond comme sur la forme, trouveront naturellement leur place sur le site. C’est à dire une structure qui se prête mieux à la lecture, qui laisse une “trace” à une époque où l’actualité plus que jamais évanescente corrompt tout attachement à ce que l’on vit, au moment, au présent.

Les interactions communautaires :
MOG (Moyens d'Organiser le Groupe)



On s’interroge aussi sur la façon la plus pertinente, le plus sincère, et la plus utile de lier notre communauté à notre action revitalisée. L’idée n’est pas tant d’introduire coûte que coûte une notion de débat mais plutôt celle du dialogue afin de faire émerger une idée moins “conformiste”. La différence peut paraître ténue, mais construire notre avis en partie grâce à l’émulation nous paraît le plus sage. Nous ne sommes pas toujours d’accord alors que le postulat de base se caractérise le plus souvent par une appréciation universelle de l’objet qui nous rassemble. L’idée est de prendre le pouls par rapport à des sujets brûlants d’actualité mais aussi de se lover (et c’est très agréable) dans un cocon nostalgique en se remémorant les plus belles pages de Final Fantasy pour faire vivre son patrimoine. Nous en sommes venus à la déduction qu’il était possible d'édifier cette ébullition et de la stimuler dans un écrin mieux cadré.

Nous faisons ainsi la promotion de notre canal Discord qui semble être une bonne alternative aux forums vieillissants, moins “dans le coup”. Ce dernier sera l’endroit pour réagir à l’actualité ailleurs que sur nos réseaux traditionnels pour en dire plus, ou pour évoquer des thématiques du moment. Et si les réflexions portent leurs fruits, il nous fera grand plaisir de retranscrire et d’inclure ce fil de pensée dans notre traitement.

Les outils déjà en place, à savoir les comptes TWITTER et FACEBOOK, ont déjà fait leurs preuves et évolueront gentiment sur les bases déjà acquises. Twitter est plus appréciable quand il s’agit de communiquer des brèves ou des anecdotes, tandis que Facebook est plus pertinent pour condenser plusieurs informations d’un coup. De même la première plateforme n’appelle pas de véritables réactions en dehors de la manifestation soudaine de joie ou de colère (et aussi de beaucoup d’indifférence), tandis que l’autre permet de s’épancher davantage, en complément de Discord à présent.

Final Fantasy est à la base une diversité dans les jeux, une diversité dans les gens qui l’ont conçu et surtout une diversité dans les gens qui l’apprécient. On ne peut pas tout aimer, tout défendre mais il faut mettre en valeur ce clivage, une force puissante et essentielle, une relation taillée dans un alliage amour-haine qui échappe à toute rationalité. Final Fantasy, ce sont des épisodes qu’on adore, d’autres qu’on aime beaucoup moins, mais qui ne nous laissent en tout cas jamais indifférents. C’est un constat amer mais c’est aussi une belle chose, et c’est ce qui fait qu’on est encore là aujourd’hui et qu’on souhaite continuer le chemin.



L'art sous toutes ses formes :
ART (Art Recentré dans le Tout)


Indiscutablement, la partie artistique nous fait aussi tenir dans les heures sombres, et plus gaiement pendant les heures de rêverie, hors du temps. Ces visuels, ces musiques, survivent à tout. On s’en nourrit, on en ressort avec un sentiment d’enrichissement, de culture, et tout cela parvient à exister sur un plan parallèle au jeu, tel un “VERSUS WORLD”. De nouvelles initiatives qui se prêtent à la fois à de la “consommation” rapide et à un traitement plus en profondeur voient donc le jour, dans l’air du temps et dans l’ère du tant !

Nous ouvrons un compte INSTAGRAM sur lequel nous reviendrons plus ou moins en détail sur une œuvre conceptuelle ou promotionnelle d’un FF puis rendez-vous sera pris sur le site afin de mieux mettre en avant un concept ou un design de personnage. Le site permettrait ensuite de se poser pour le documenter accompagné d’anecdotes officielles comme d’autres tout à fait personnelles. Ce sont même ces dernières que nous privilégierons dans la mesure où les artistes ne s’expriment pas systématiquement sur tout, et que nous n’avons pas vocation à devenir une encyclopédie.Il va de soi que nous allons aussi étendre notre regard au travail des fans qui s’expriment passionnément. Nous n’avons pas encore établi de méthodologie particulière à ce sujet, l’expérimentation sera de mise dans un premier temps.

Le “Post du vendredi”, pour la partie musicale, nous tient aussi à cœur, et sera reconsolidé dans notre nouvelle stratégie. Mieux mis en avant, comme un véritable hymne hebdomadaire, ce rendez-vous trouvera un nouvel écho au sein du site dans le cadre d’un traitement tantôt cyclique ou tantôt thématique. Là aussi, des essais seront nécessaires avant d’atteindre un rythme de croisière plaisant à nos yeux et aux vôtres.

Naturellement, cet élan profitera à un traitement plus en profondeur sur les jeux en eux-mêmes, un regard plus critique sur les jeux et ce qui les entoure, et d'autres travaux de plus longue haleine.

Philosophie - NEW REMIX -



Notre nouvelle philosophie consiste à réancrer Final Fantasy dans ce que la série a de personnel et dans ce qu’elle évoque. C’est un ressort souvent utilisé pour les concours mais qui nous apparaît comme plus nécessaire que jamais. Sans céder aux simples sirènes d’une nostalgie auto-contemplative, nous pensons qu’il reste du bon dans la réminiscence, car l’avenir se construit sur ces bases.

Le passé réactualisé, le patrimoine qui vit et qui vieillit (voire qui meurt, parfois) est un axe dans lequel nous voulons nous inscrire. Les apparitions de remasters, assez caractéristiques de notre époque avec toutes les problématiques que cela recoupe (manque de créativité, manque d’ambitions etc.), permettent par exemple de prendre du recul/de la hauteur. The Zodiac Age étant un parfait ambassadeur récent du jeu qui prend à la fois un méchant coup de vieux, mais dont les qualités brillent encore plus aujourd’hui. Son avance technique et idéologique est devenue un héritage sublimé par des propositions qu’on retrouve aujourd’hui fréquemment dans les jeux typés en monde ouvert, et malgré ses errances, montre aussi une histoire terriblement adulte avec les dialogues les plus réussis de toute la saga. Les temps de présence des personnages sont assez courts à cause du ventre mou du jeu, mais la synthèse permise notamment par un confort de jeu accru grâce au contrôle sur la vitesse de jeu, nous permet de profiter aujourd’hui des qualités uniques du soft sans nous perdre trop dans les expérimentations d’antan aujourd’hui vieillottes.




Unbreakable Bonds

Une autre particularité de notre renouveau consiste en l’établissement d’une organisation bicéphale, afin de mieux gérer un contenu plus qualitatif, de se critiquer, se canaliser dans un noyau afin de s’assurer que nous avons bien un message pertinent à transmettre, ou aussi de se soutenir mutuellement en cas de nouvelle “dépression FF”. Cela va de la gestion rédactionnelle, en fonction des affinités (une problématique du coup assez propre à Final Fantasy) à une gestion plus technique du site et de ses organes extérieurs. Une partie de la réactivation du site passe donc aussi par une remotivation des troupes car c’est en rêvant ensemble que les Priants ont donné corps à des créatures et des projets puissants.

Cette précision est l'occasion d'introniser officiellement LCX, que certains d'entre vous connaissent déjà via ses tribulations crayonnées. Je tenais particulièrement à ce qu'il puisse faire entendre sa voix autrement que par le dessin et je souhaite à cet égard l'introduire comme un membre pleinement attelé à la rédaction. Si son avidité pour le dessin égayera immanquablement nos colonnes, il incarnera bien autre chose qu'une attendue "caution visuelle". On ne s'interdit évidemment rien sur ce plan, et esquissons déjà quelques contours du Final Fantasy Dream de demain, mais un lifting technique/graphique sans vraie refonte structurelle n'aboutirait qu'à un feu de paille.


[mini]7139[/mini]


L’expression des cette feuille de route nous paraissait à la fois utile dans une volonté d’introspection permettant de décortiquer notre volonté et de la confronter au bilan de ces dernières années, mais aussi dans l’objectif de dégager quelques grandes lignes du plan d’ensemble que nous avons imaginé pour le site. Vous avez le droit de ne pas vous y reconnaître, nous voulons être une voix qui ose dire ce qu’elle pense dans sa nuance quand cela s’y prête. Nous n’ignorons rien des sensibilités de chacun, et les respectons à notre façon. Nous avons beaucoup de choses à faire, un plan d’action du court au long terme est donc élaboré en substance, mais tout ceci viendra logiquement par avoir du sens progressivement. Ce n'est qu'un prélude à une nouvelle aventure.

En avant vers un nouveau monde, et avant cela, une nouvelle année !


[mini]7140[/mini]

Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0 Valid CSS Powered by DokuWiki GNU FDL

Qui sommes-nous ?
Aidez WikiSquare en le faisant connaître !
Sauf mention contraire, tous les textes sont disponibles sous les termes de la GNU Free Documentation License.
Les images sont sous le copyright de leurs auteurs.

Page générée en 0.039325952529907 seconde.