Histoire de la saga

Avant de devenir l'une des séries les plus mythiques du monde vidéoludique, la saga tant appréciée a bien failli ne jamais voir le jour. Voici l'histoire de la série.

Des débuts prometteurs

Final Fantasy doit son succès à son principal concurrent : Dragon Quest, édité à l'époque par Enix. En effet, alors que la petite entreprise Square est au bord du gouffre, un visionnaire, Mr Hironobu Sakaguchi décide d'exploiter le succès du titre d'Enix pour se lancer dans la création d'un petit RPG. Dès la sortie du titre, le succès est immédiat, une légende est née.

Final Fantasy, sorti en 1987, se démarque de Dragon Quest dans la mesure où le titre impose au joueur de vivre l'aventure de 4 héros. Bien que le scénario soit très basique, c'est la cohérence de l'univers et la réalisation qui en impose. La difficulté étant au rendez-vous, de nombreux joueurs japonais sont conquis.
Pour la sortie du 2ème opus, Square a su rendre l'univers plus attractif, avec des personnages plus travaillés (chose assez rare à l'époque) ainsi qu'une gestion complexe mais révolutionnaire de l'expérience gagnée. C'est dans cet épisode que l'emblématique Chocobo fait son apparition, qui devient dès lors la mascotte incontestée de la saga. Final Fantasy III fait encore un grand pas en avant en instaurant un système de gestion de “job” possédant chacun leurs propres caractéristiques et totalement interchangeable au cours de l'aventure. Une autre mascotte fait son apparition : les Mogs ainsi qu'un nouvel élément récurrent : l'instauration des invocations. L'immersion donc devient plus poussive, mais en contrepartie les personnages deviennent plus simple, avec une psychologie et un charisme moins développé (chose qui sera corrigée dans les opus suivants).

Le jeu devient le 1er Final Fantasy à dépasser la barre symbolique du 1.000.000 d'exemplaire vendu, une prouesse phénoménale pour l'époque.

Un pas vers le futur

1991 est une année qui restera probablement gravée dans la mémoire des joueurs, puisque c'est l'année ou l'un des épisodes les plus abouti et les plus apprécié de la saga voit le jour sur super-nintendo : Final Fantasy IV.

Reprenant les éléments ayant fait le succès des 3 volets précédents, le jeu se dote d'un scénario travaillé avec des passages d'une rare tragédie pour l'époque (la encore c'est une révolution) et met en scène des personnages au charisme incroyable. Désormais le joueur ne se contente plus de faire avancer ses personnages dans des donjons répétitifs, mais il vit pleinement l'aventure, et fait rare, le jeu touche la sensibilité et les émotions du joueur.

Avec Final Fantasy V, Square s'appuit encore sur ses bases mais continue de pousser la richesse de jeu à l'extrême, mais c'est avec Final Fantasy VI que la série va véritablement connaître ses lettres de noblesse. Repoussant les limites techniques de la super-nintendo, l'ambiance unique du jeu en fait l'épisode le plus apprécié par certains fans.

1996: Un tournant pour la série

Après 9 ans de collaboration avec Nintendo, Square, impressionné par les capacités de la console de Sony (alors nouveau constructeur sur le marché des consoles) décide de développer son projet de développement de Final Fantasy VII à la fois sur Nintendo64 et sur Playstation. Cependant, Hiroshi Yamauchi, alors président de Nintendo ne l'entend pas de cette oreille et décide de stopper la collaboration entre les 2 firmes.

En plus d'être le fruit de la discorde, Final Fantasy VII est le 1er opus à se voir affranchir d'une sortie mondiale. Square réussit un coup de maitre, puisque non seulement la franchise Final Fantasy prend une dimension internationale, mais le jeu se vendera à plus de 10.000.000 d'exemplaires. Et ce succès est largement mérité. Le jeu marque le début d'une nouvelle ère pour la série : graphismes en 3D somptueux, réalisation magistrale, le jeu se dote désormais de scènes en images de synthèses qui viennent agrémenter le scénario. Le scénario justement, il est encore à ce jour le plus travaillé de la saga et possède des atouts solides: des personnages au charisme rarement atteint, des rebondissements inattendus et d'autres atouts qui font de de ce jeu une aventure unique chez le joueur, un jeu qui ne laissera pas indemne les esprits.

Désormais doté d'une réputation plus qu'agréable, la série continue son chemin avec la sortie de Final Fantasy VIII, qui bouleverse les codes graphiques de la série puisque les personnages possèdent enfin des proportions physiques plus réalistes.

Final Fantasy IX peut-être considéré comme un retour aux sources, dans la mesure ou le scénario aborde de nouveau une quête nécéssitant des cristaux et le système de combat permet au joueur de contrôler les actions de 4 personnages. Cet épisode est le dernier à voir le jour sur Playstation, et marque la fin de la carrière “solo” de Nobuo Uematsu dans les Final Fantasy.

2002: La consécration

La puissance de la Playstation 2 offre de nouvelles perspectives en matière de réalisation graphique, et le moins que l'on puisse dire, c'est que le 10ème opus fût une claque monumentale. Non content de proposer des graphismes ahurissants, le jeu pulvérise les records de vente. Toutefois, le scénario plus axé “grand public” mélangeant histoire d'amour et quête des origines pour le salut de l'humanité divise les joueurs.

Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0 Valid CSS Powered by DokuWiki GNU FDL

Qui sommes-nous ?
Aidez WikiSquare en le faisant connaître !
Sauf mention contraire, tous les textes sont disponibles sous les termes de la GNU Free Documentation License.
Les images sont sous le copyright de leurs auteurs.

Page générée en 0.040688991546631 seconde.