Vous êtes ici: Accueil > Personnages > Sin

Sin

Retour à la page personnage


Sin est une créature gigantesque qui est la personnification des péchés (“Sin” signifie « péché » en anglais) commis dans le passé par les habitants de Spira. Sin revient tous les dix ans, et ne peut être vaincu que d'une seule manière : par un Invokeur qui aura invoqué l'ultime Chimère. Il n'est en réalité qu'une partie de la carapace magique d'une entité encore bien plus redoutable…

Sin joue un rôle majeur dans Final Fantasy X, puisqu'il porte plusieurs symboles selon les personnes et les moments de l'histoire. En réalité, quasiment tous les événements du jeu s'articulent autour de cette énorme créature. On aperçoit Sin pour la première fois dès les premières minutes de jeu, alors qu'il détruit la ville de Zanarkand. A ce moment du scénario, on ignore encore à la fois sa vraie nature, mais aussi ce que Yevon, plus tard, veut faire croire qu'il est. Il s'agit juste d'une énorme créature détruisant une ville et aspirant le héros, Tidus.

Sin vu par les fidèles de Yevon

Après être arrivé dans ce qu'il croit être le futur, Tidus découvre un nouveau monde régi par la terrifiante force de Sin. Il passe de son univers hautement technologique (Zanarkand telle qu'elle était il y a 1000 ans) à une société s'articulant autour de la religion et rejetant la technologie. Au centre de cette religion, Yevon, se trouve Sin. Pour Yevon, Sin symbolise les erreurs des hommes, qui ont laissé leur instinct guerrier les gouverner, et ainsi entraîner Zanarkand et Bevelle dans le chaos il y a 1000 ans de cela. Sin est apparu alors que le conflit touchait à son paroxysme, pour punir les hommes de cette guerre insensée. Yevon expliqua alors que c'était à cause des machines que les hommes étaient tentés de s'affronter entre eux, et qu'il faudrait des générations avant que la charge du pêché soit effacée.

Pendant ces générations, les hommes sont soumis à la loi de Sin et leur seul recours est de prier, jour après jour, pour que les erreurs de leurs ancêtres soient réparées. Sin porte donc très bien son nom, puisqu'il signifie pêché en anglais. Il fait comprendre aux hommes qu'il y a longtemps, des gens comme eux se sont entretués dans cet acte toujours stupide qu'est la guerre. C'est en tout cas la vision très louable que laisse entendre Yevon, mais la réalité est bien autre. Cette vision de Sin semble peut-être crédible, mais elle est fausse.

Sin vu par Yevon

Notez la subtilité importante. Yevon, et c'est ce qu'on découvre tout au long du jeu, n'est bien sûr qu'une supercherie. Depuis 1000 ans, les hautes instances de Yevon savent parfaitement quelle est la vraie nature de Sin. Tel que le jeu nous l'apprend, Sin est en réalité l'enveloppe charnelle d'un seul et unique homme, un dénommé Yu Yevon. Il y a 1000 ans, Yu Yevon était un puissant Invokeur, souverain de Zanarkand. On ignore la personnalité qu'il avait quand il était encore un homme, toujours est-il que la veille de la destruction de Zanarkand, c'est lui qui est devenu Sin. Ses talents d'Invokeur étaient tellement énormes qu'il a été capable de créer autour de lui une carapace gigantesque en utilisant la force d'Invokeurs morts au combat contre Bevelle. Il s'agit des Priants qui se trouvent au sommet du Mont Gagazet. Yu Yevon, alors transformé en Sin, détruisit sa ville. Mais cela ne signifiait pas la mort de Zanarkand pour autant. Non, la ville immense continuait à vivre sous la forme d'un rêve, celui des Invokeurs changés en Priants. Tous ensemble, ces priants rêvent de la ville qu'ils ont connu, et Yu Yevon se sert de ce rêve pour vivre éternellement sous sa carapace indestructible. Sin est éternel. Pourquoi ? Parce que depuis qu'il est né, des Invokeurs se sacrifient pour le détruire. A chaque fois qu'un Invokeur a recours à l'Ultime Chimère pour anéantir Sin, Yu Yevon se sépare de sa précédente carapace et s'approprie l'Ultime Chimère pour faire renaître Sin autour de lui. La première personne à “détruire” Sin était sa fille, Yunalesca, en se servant de son époux Zaon comme Ultime Chimère. Depuis 1000 ans, plusieurs Invokeurs se sont sacrifiés non pas pour espérer à chaque fois effacer le poids des pêchés, mais pour faire vivre éternellement Yu Yevon. Vu par Yevon, Sin représente aussi le pêché, finalement, mais celui d'une poignée d'hommes qui ont désiré le pouvoir au point de se transformer en dictateurs féroces de la pensée sur des innocents. Je crois bien qu'il y a là un message à comprendre.

Sin vu par Tidus

Une autre vision très intéressante est celle de Tidus. Evidemment, il ne connaît pas tout de suite la véritable nature de cette énorme créature. La seule chose qu'il sait, au début, est qu'il aurait voyagé dans le temps au contact de Sin, le projetant 1000 ans dans le futur. Il aurait donc vécu la fin de Zanarkand, celle qui a donné naissance au monde tel qu'il est maintenant. C'est à Luca, finalement assez tôt dans l'aventure, que Tidus apprend de la bouche d'Auron que Sin est en réalité son père, Jecht. Le traumatisme dont il pensait avoir échappé ressurgit alors. Tout au long du jeu, on découvre la relation qui lie le père et le fils, et qui est bien sûr très tendue. Tidus déteste son père pour ce qu'il a vécu dans son enfance : sans cesse malmené parce qu'il n'arrivait pas à la cheville du meilleur joueur de blitzball ayant jamais existé, quasiment abandonné par sa mère à cause de tout l'intérêt qu'elle portait à son mari, obligé de subir les disparitions successives de ses deux parents (sa mère s'étant laissé mourir suite à la perte de son mari)… C'est sûr, il a de quoi lui en vouloir.

Cette haine est le point de départ de l'implication de Tidus dans le combat contre Sin. A chaque fois, il se rend compte que cette créature qui n'apporte que destruction et mort semble indestructible autrement qu'en laissant un Invokeur s'en occuper. Mais Tidus finit aussi par l'apprendre : l'Invokeur ne survit pas à la destruction de Sin. Il se trouve alors dans une situation pénible. D'un côté, il sait que son devoir est de détruire Sin, comme Auron le lui a indiqué (et c'est le souhait de Jecht), mais de l'autre, il doit se faire à l'idée que le seul moyen de le faire est de passer par la mort de celle pour qui il a de plus en plus de sentiments. Lulu a beau lui dire, à Guadosalam, de ne pas tomber amoureux de Yuna, il ignore son conseil. Rapidement, on se rend compte que Tidus est la clé de la disparition de Sin.

Sa présence dans le monde de Spira bouscule les préceptes religieux qu'une majorité de personnes reconnaît. En mettant en doute la dure réalité des choses, il pousse Yuna et ses gardiens à l'hérésie, mais aussi et surtout à une résolution plus forte encore, celle d'en finir avec Sin et Yevon. Il n'y a plus qu'un seul ennemi, il y en a deux. Et pour Tidus, il y en a même trois. Alors que les fondations de Yevon s'effondrent, on apprend enfin la vraie nature de Sin, celle de Yu Yevon. Pour Tidus, le dernier ennemi est son propre père, qui est sur le point de perdre toute trace d'humanité (tel qu'il le dit avant le combat contre lui). Si Jecht demande à son fils de le tuer, qu'est-ce que pense ce dernier ? La dernière chose qu'il dit à son père est qu'il le déteste. Il est en pleurs, mais il le dit quand même. C'est que tout au long du jeu, il y a eu des choses de dites, à travers les sphères de Jecht notamment, et la relation entre le père et le fils a considérablement changé. On a senti la repentance de Jecht alors qu'il suivait Braska lors de son pèlerinage. C'est finalement lui, avec l'aide de son fils et de Yuna, qui sauve le monde.

Sin vu par les Al Bheds

Le seul peuple de Spira qui n'adhère pas à Yevon est le premier avec qui Tidus entre en contact. Les relations entre les Al Bheds et le reste de Spira sont très tendues. Etant donné que Yevon condamne l'utilisation des machines et que les Al Bheds en utilisent encore, on comprend aisément ce qui dérange. Mais pour les Al Bheds, Sin est la même chose que pour les autres : une source de destruction. Il a en effet détruit l'île sur laquelle ils vivaient, les forçant à s'éparpiller un peu partout sur Spira en attendant de pouvoir retrouver une terre. Les Al Bheds sont néanmoins conscients d'une chose : les Invokeurs doivent-ils se sacrifier pour une si courte Félicité ? S'ils ignorent sans doute la vraie supercherie, ils sont persuadés que les machines n'ont rien à voir avec l'apparition de Sin.

Sin vu par les autres personnages

On peut dire que chaque personnage voit Sin à sa manière. Il y aurait donc une longue liste à établir, mais finalement peu de choses à dire si ce n'est que chacun a dans sa vie une page triste liée à Sin. Yuna a perdu ses deux parents, Wakka son frère (de plus, avec une arme Al Bhede entre les mains), Lulu son fiancé (qui est le frère de Wakka, Chappu), Rikku sait qu'un jour sa cousine va mourir en essayant de le détruire… Beaucoup d'histoires tristes, mais à chaque fois un espoir venant du sacrifice d'un Invokeur pour apporter une Félicité que tout Spira espère éternelle. La culture populaire s'est finalement appropriée ces préceptes déraisonnables que Yevon inflige depuis 1000 ans. Sin existe malgré tout et sa soif de destruction n'en finit plus d'enlever des vies. Quelle tristesse que de voir un peuple innocent tenter de se défaire de la chape de plomb qui les asphyxie en ayant recours à des méthodes qui ne font qu'alourdir à leur insu ce poids.

Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0 Valid CSS Powered by DokuWiki GNU FDL

Qui sommes-nous ?
Aidez WikiSquare en le faisant connaître !
Sauf mention contraire, tous les textes sont disponibles sous les termes de la GNU Free Documentation License.
Les images sont sous le copyright de leurs auteurs.

Page générée en 0.097203016281128 seconde.